"Marteau vénérait la langue française, laquelle, pour lui, recelait en quelque sorte des attributs du sacré. Nul poète ne m'a donné plus profondément l'impression de se maintenir en surplomb sur l'origine, de se mesurer au commencement, dans l'espace du mythe, dans sa recréation".                                                                                            Fernand Ouelette,  Hommage à Robert Marteau. revue Po&sie numéro 136.